Au cours de l'année 2017, Gino Sandri présente et actualise la réflexion autour d' un singulier ouvrage, fruit du travail méticuleux et talentueux d'une non moins singulière personnalité, pour qui l'énigme de Rennes était un chemin de vie ...

         Alain Féral, donc, à qui je tenais à rendre hommage par la présente étude.

        Hommage au poète, hommage au chercheur dont j'estime ne pas trahir le message en dévoilant une part de ce qui demeurait caché dans son Livre.

        Lien sur la conférence dont je recommande la lecture en plein écran :

        Gino Sandri : Hommage à Alain Féral (Conférence du Centenaire) - YouTube

        A l'instar de ses prédécesseurs initiés du 19ème et 20ème siècle, alain Féral utilise le même système de correspondance de dates du calendrier, celles-ci produisant par effet miroir nombre de résultats signifiants. Cette dynamique est un des chemins à suivre afin de parvenir au but, à savoir la localisation géographique de la cache principale sise sur le territoire de la commune de Rennes-les-Bains.

        Le premier signe : Présentation du cadastre de Rennes le Château - 25 août 1831. 21ème minute

        Avant tout cette étude du site RLC archives qui pose les bonnes questions :

        Domaine et géométrie 2 - Rennes-le-Château Archive (rennes-le-chateau-archive.com)

        J'attire ici votre attention sur la date du 25 août, décalée par rapport au corps officiel du titre et sur la mention D'après qui pourrait laisser penser qu'alain Féral a retouché un document authentique en lui apportant ce détail sur la date qui éclaire d'un jour nouveau son travail. Date de première importance puisque celle-ci va répondre en effet miroir à celle du 25 août 1818 correspondant à l'inauguration de la seconde statue équestre d'Henri IV au Pont-Neuf de Paris. Ce monument étant à considérer comme le référent parisien à prendre en compte pour achever la Queste. Cette statue est le cheval de Dieu, cheval deux fois monté et premier point de longitude de référence 02° 20' 28'' Est, le second point se situant rue de la Ferronnerie à Paris, lieu de l'attentat qui coûta la vie au monarque, longitude 02° 20' 52'' Est.Ici convient-il de méditer sur ce qu'écrit alain Féral sur l'une de ses planches '' L'étude d'un plan élaboré se révélant n'être effective qu'en connaissance d'un shéma extérieur '' et poursuivant sur le même registre '' L'analyse d'un cadastre non muni de ces indications extérieures - ignoré des habitants de la commune - n'aboutissant pas à sa démonstration''.

       Le plan dont il est question répondant à un double sens - cartographique ou bien encore l'oeuvre d'un groupe agissant dans l'occulte. Gino Sandri qui connaît bien les rouages du dossier, en appelle à notre curiosité par la suite sur des points essentiels, notamment le fait de souligner la signature de certaines planches des noms de Spatz et d'Anton Götte ( prononcé Gueute ) précisant qu'il s'agit là d'un choix porté sur des patronymes à consonance germanique. En effet, cet emprunt de la part de l'auteur ne doit rien au hasard.

      Le cas Spatz ; Il s'agit ici de Willy Spatz - peintre allemand dont la date de décès le 04 août 1931 répondait à l'impérieuse nécessité de faire apparaître toujours en effet miroir ( exemple parfait pour l'inversion à suivre ) la date de naissance de Monseigneur Sibour - personnalité religieuse du 19ème siècle - et par son intermédiaire un lieu parisien disons chargé, ainsi qu'une autre date mythique dans l'univers de Rennes le Château, le 17 janvier :

     L’assassinat de Monseigneur Sibour, Archevêque de Paris | PARIS à NU (paris-a-nu.fr)

    L'église saint Etienne du Mont précisons-le veille sur la dépouille mortelle d'une personnalité fort sollicitée dans l'affaire qui nous occupe puisqu'il s'agit de Blaise de VIgenère, sa longitude est de 02° 20' 52'' Est.

    Voici donc le second signe d'alain Féral.

    Le cas Anton Götte - Ici, l'emprunt de ce nom de signature manifeste, de la part de son auteur, quelque malice.

    La solution nous est soufflée par Gino Sandri '' Peut-être Anton Götte cache t il plusieurs personnages '' nous encourageant à dissocier les deux composantes de cette identité, d'un côté le prénom, de l'autre le patronyme qui nous conduit vers Goethe.

    Le résulat est Anton Bruckner , pianiste, compositeur, et organiste autrichien, né le 04 septembre 1824.A ce titre il fut à l'origine d'une symphonie n° 6 - 

Symphonie N°6 - Lieder (4) d'après Goethe.

    C'est cette date du 04 septembre qui va conduire au développement - en effet miroir à la date de naissance d'Anton Bruckner répond  la date de mariage des parents d'un autre acteur célèbre du dossier des deux Rennes, l'abbé Henri Boudet -Registres d'état civil de la commune de Montfort-sur-Boulzane, Aude, (Mariages Année 1831), 4 septembre 1831", Archives Départementales de l'Aude, Carcasonne.

    Ce lien vers Henri Boudet pourrait être un appel à piocher, ce que certains chercheurs s'évertuent à faire sur le terrain, dans l'essai de Henri Boudet, La Vraie Langue Celtique ( pour le lecteur ou la lectrice qui découvre ce blog - il sera impératif de remonter le temps et lire mon travail sur cet essai ) - Puisqu'un certain nombre de pages dans la VLC contient des mots-clefs - la numérotation de celles-ci devant être traduite en dates du calendrier ( exemple page 156 = 15 juin ) et en inversant le processus, la date du 04 septembre produit la page 049 - laquelle page contient le mot-clef Arche - le 04 septembre fête de saint Moïse...

    Voici donc pour les trois premiers signes qui nous sont adressés par alain Féral dans son ouvrage, alain Féral qui sans aucun doute avait brisé le miroir, était passé de l'autre côté, là ou vont les âmes simples, épurées.

        Etude à suivre - je cherche à savoir si d'autres dates en clair apparaissent dans ''La clef du royaume des morts'' donc si quelque chanceux possède cet ouvrage merci beaucoup de me les transmettre : alain.cocouch@gmail.com

        Tous droits réservés - alain COCOUCH - 12 juillet 2021