Les initiés au secret des deux Rennes ont transmis celui-ci en sollicitant notre curiosité par certaines redondances symboliques, ainsi dans le hall*, entre l’entrée de l’église de Rennes-les-Bains et celle du cimetière, se trouve  un monument surmonté d’une croix en fer forgé orné de rosaces. 

Sur le socle, sont inscrits, sur trois lignes, les inscriptions suivantes :

IN HOC SIGNO VINCES-

DOMINO VIE RECTORE

PETRUS DELMAS FECIT

1856





 

IN HOC SIGNO VINCES qui sera reproduit plus tard dans l'église de Rennes-le-Château par la formule '' PAR CE SIGNE TU LE VAINCRAS '' et ses vingt deux lettres que nous venons d'explorer. La méthode concordances de dates du calendrier est, ici comme, ailleurs, des plus efficace.

 

IN HOC SIGNO VINCES fait référence à une célèbre bataille dont Constantin 1er sortit vainqueur et qui provoqua sa conversion au christianisme.

 

 

Cette bataille se déroula le 28 octobre 312 – en concordance de dates voici le résultat :

 

LOUIS XVIII Rétablissement de la statue de Henri IV le 28 octobre 1817 fme_504133 Médailles (cgb.fr)

 

Nous obtenons donc un effet miroir clair sur le référent parisien, le cheval de Dieu que j'ai précédemment évoqué.

 

Vis à vis du nombre 22 et sa signification ainsi que je l'ai précédemment évoqué, l'information qui ressort de la position géographique de la statue équestre d'Henri IV au Pont-Neuf, se doit d'être couplée avec la Bulle papale Blancafortis de Calixte II, faisant référence à la maison de Blanchefort

 

La première étant la longitude de 02° 20' 28'' Est.

La seconde le point de référence ; les ruines du château de Blanchefort.

Ces deux données croisées renvoient à la première porte.

 

Nous allons poursuivre avec une étude de l'essai d'Henri Boudet : La Vraie Langue Celtique, essai qui a fait couler beaucoup d'encre dans le milieu des chercheurs.

 

Si cet essai est un ouvrage crypté, et certains chercheurs se sont employés à traduire ce qui était dissimulé par les jeux phonétiques '' la langue des oiseaux '' ou par des références liées à la

course des étoiles, je m'inscris ici en proposant une méthodologie qui peut paraître hardie, mais qui

produit des résultats remarquables, ainsi que les exemples dont j'ai fait état précédemment, en témoignent.

 

La VLC de Boudet fonctionne avec des mots-clefs signifiants lorsque le sujet des recherches

a pour objectif une chasse au '' trésor ''.

 

 

 

Ces mots-clefs signifiants renvoient à des numéros de pages.

Ces numéros de pages sont à traduire en dates du calendrier – exemple la page 227 = le 22 juillet.

Il convient ensuite de chercher le résultat qui peut être direct – exemple le 22 juillet 1792 et la statue équestre d'Henri IV au Pont-Neuf, ou indirect , il s'agit ici de suivre le fil rouge qui mène au résultat, exemple page 222, 22 février, résultat sur Jean-Baptiste Corot, tableau la promenade du Poussin, campagne de Rome.

 

Afin de limiter au plus près les biais de probabilité, j'ai choisi des mots-clefs, dans la majeure

partie, qui ne ressortent qu'une unique fois, et trois au maximum.

 

Exemple – le mot faille – qui peut s'entendre dans une acception en lien avec la géologie

 

Ce mot ressort une unique fois dans la VLC page 273 que nous traduisons donc en 27 mars

 

Cette date est à mettre en relation avec une personnalité sous le règne de Louis XIII, le marquis de Cinq Mars, qui ,  Le 27 mars 1638, jour anniversaire de ses 18 ans, Henri devient Grand Maître de la Garde Robe du Roi.

 

Il est à préciser le destin tragique du marquis, puisque celui-ci fut emprisonne et exécuté en la forteresse de la Pierre Scise à Lyon, suite à son implication dans une conspiration.

 

Le 27 mars est aussi la date de naissance en 1797 d'Alfred de Vigny, auteur entre autres du roman Cinq Mars ou une conjuration sous Louis XIII – il convient ici de suivre le fil rouge – la Pierre Scise est cité par l'abbé Boudet page 179 – 17 septembre – Alfred de Vigny décède le 17 septembre 1863.

 

Le fil rouge se poursuit sur la date de l'exécution du marquis de Cinq Mars, le 12 septembre 1642, il convient ici d'inverser le dispositif, 12 septembre = page 129.

Sur cette page 129, il est question de la grotte d'Aurignac dont l'entrée était fermée par une dalle, dans laquelle dix-sept squelettes ont été découverts en 1852.

L'abbé Boudet nous livre donc une précieuse information sur une probable sépulture et nous indique également le point cartographique de celle-ci.

 

Ce qu'il faut bien comprendre dans cette méthode concordance de dates du calendrier c'est le principe de parcimonie qui pourrait fort s'inspirer du rasoir d'Ockham et que l'on pourrait synthétiser par cette formule '' Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple '' et, exploitant tous les possibles, l'abbé Boudet a ajouté à la première application une seconde : il s'agit des références bibliographiques en bas de page ou émaillant le texte – ainsi page 129 de Louis Figuier

né le 15 février 1819 – en concordance de dates le 14 et le 15 février 1831 se déroulent des évènements tragiques à Paris, en l'église Saint Germain l'Auxerrois,longitude 02° 20 28'' Est que nous avons déjà croisé en référence avec Nicolas Poussin.

 

St Germain l'Auxerrois. / Le 15 février 1831 à 8 heures du matin. | Paris Musées

 

 

 

 

 

 

 

 

Rappelons que la longitude de la statue équestre d'Henri IV au Pont Neuf de Paris est de

02° 20' 27, 4 Est.

 

Etudions maintenant le mot-clef ' entrée ' - ce mot-clef ressort trois fois pages 227 – 228 -

306.

 

La page 227 = 22 juillet que nous rencontrons une nouvelle fois.

 

La page 228 = 22 aout - Gabrielle, âgée de 28 ans épouse le 14 septembre 1767, Paul-François-Vincent de Fleury, seigneur de Caux, et du diocèse de Béziers, qui prendra le titre de Marquis de Fleury Blanchefort. Marie Gabrielle, fut l’enfant terrible de la famille et n’épargnera pas ses parents. Elle assignera sa mère pour «dégradation des biens du château de Rennes, dépérissement des meubles et effets de la succession…et la ruine de la mine de jais… ». 
  Gabrielle,  décède en son appartement Toulousain le 22 août 1790.

 

La page 306 = 30 juin qui se rapporte à Philippe de Gastine, négociant huguenot qui fut pendu et étranglé le 30 juin 1569.

En mémoire une croix fut érigée Place des Innocents à Paris, à la longitude de 02° 20' 52'' Est.

Laquelle Place des Innocents jouxte la rue de la Ferronerie ou Henri IV fut mortellement blessé par le sieur de Ravaillac.

 

Page 228 un autre mot-clef ressort – fort à propos – le mot Accès – présent également page 090 inexploitable en terme de date – et page 238 = 23 aout.

 

La réponse est ici directe : le 23 aout 1614 est inaugurée la première statue équestre d'Henri IV au Pont-Neuf de paris.

 

 A suivre